Dans les coulisses de Qui a volé les tartes. Rencontre avec Mélanie Launay

28.10.2016

« Il était une fois des petits chevaux de bois… Tous les deux rêvaient de liberté, car tous les deux à un lourd socle ils étaient attachés ! » Mélanie Launay est la châtelaine du site, blog et entreprise Qui a volé les tartes ?. Pâtissière, styliste culinaire, photographe, conteuse… Elle a eu la gentillesse de m’accueillir pendant toute une journée dans son atelier afin que je suive la réalisation de l’un de ses contes-à-croquer : Les petits chevaux de bois et la boîte à rêves.

Quel a été ton parcours ?

J’ai fait un lycée hôtelier où j’ai appris les bases de la cuisine, du service et de la restauration. Mon rêve premier était de faire de la communication dans les grands hôtels de luxe. Je suis donc montée à Paris, j’ai fait mon école de com’ et j’ai postulé dans des hôtels de luxe. Mais l’ambiance ne m’a pas plu. Alors, j’ai créé une société avec des amis de l’école. Au bout de 3 ans, j’avais envie de m’exprimer autrement et j’ai commencé à faire de la pâtisserie.

En France, quand on veut créer une société autour de la pâtisserie, il faut passer son CAP. J’avais 28 ans quand je me suis lancée et je l’ai donc passé en candidat libre. Petit à petit, j’ai commencé à photographier ce que je faisais, à le publier sur mon blog et mon travail s’est peu à peu orienté vers le stylisme & la photographie. Les commandes ont suivi.

Tu travailles beaucoup autour du sans gluten, c’était une volonté dès le départ ?

C’est surtout parce que je suis moi-même intolérante au gluten. Au-delà de l’engouement actuel autour de ce régime, ça a vraiment été bénéfique sur ma santé. Après, dans ma pratique, je ne fais pas que ça : tout dépend de la demande du client.

D’où te vient cet univers très marqué autour des contes de fées ?

J’ai toujours aimé cet univers. Sans savoir d’où il vient exactement, il a toujours été en moi. A la base, j’avais remarqué que la nourriture était assez présente dans les contes de fées, à l’image de la galette et le petit pot de beurre du Petit Chaperon Rouge. Mon idée était de m’appuyer là-dessus et de développer les recettes présentes dans ces contes. Au final, j’ai procédé tout autrement et je me suis plutôt inspirée de cet univers féérique pour créer de nouvelles recettes. Comme j’aime bien écrire aussi, c’était l’occasion de développer l’écriture autour de la pâtisserie.

Tu créées tes propres recettes ? Comment procèdes-tu jusqu’à la photographie finale ?

Je pars sur une base de recette et je l’adapte en fonction des farines (sans gluten, etc), car ce n’est pas forcément le même poids, la même densité. Je teste beaucoup autour de ça.

En ce moment je travaille sur l’univers des jouets en bois : boite à musique, cheval à bascule,… Les jouets en bois me font penser à Noël, je suis donc partie sur la réalisation de biscuits en pain d’épices. A partir de cette idée de base, je me suis posée les questions suivantes : Comment travailler le pain d’épices pour donner cet effet bois, cet effet jouet ancien ? Comment adapter une recette de pain d’épices sans gluten qui sera assez solide pour la réalisation du montage final ?

Pour les formes des biscuits, je commence en général par dessiner rapidement ce à quoi j’aimerais arriver. À partir de ce dessin, je crée mes propres gabarits en passant par Photoshop, et je les découpe sur du carton épais. Les emporte-pièces me limitaient trop en termes de créativité, j’ai donc trouvé cette solution.

Ensuite, il faut créer une ambiance, un décor dans lequel insérer mes pâtisseries, pour que l’univers transparaisse jusque dans la photographie finale.

Enfin, je retouche mes photos sur Photoshop. C’est presque obligé dans la photographie culinaire. Je joue exclusivement sur la luminosité et les contrastes. Je m’en sers aussi pour retrouver la couleur exacte de mes réalisations. Il m’arrive également d’utiliser Photoshop pour tester des effets de lumière que je reproduis ensuite directement dans mes mises en scène.

T’inspires-tu d’autres pâtissiers ?

J’aime puiser un peu dans tous les styles de pâtisserie, pour pouvoir par la suite les adapter à ma façon. Cela me permet de développer mes compétences et de me lancer des challenges. Ma pâtisserie a beaucoup évolué. Au départ j’étais surtout sur une pâtisserie d’inspiration classique. Aujourd’hui, ce que je fais s’apparente plutôt à du cake design (génoise de base que l’on vient décorer de pâte à sucre, crème au beurre, ganache ou glaçage royal). Pourtant je détestais ça au départ, car j’avais cette vision un peu étriquée selon laquelle le cake design ce n’était pas vraiment de la pâtisserie. Alors qu’en fait pas du tout, c’est une technique qui demande beaucoup de créativité ! La pâte à sucre n’étant pas trop mon truc, je préfère privilégier les glaçages, la sculpture sur gâteau, des décors en meringue, sablé, chocolat…

Mes sources d’inspiration, ce sont aussi les vitrines, les films, les séries,… et les contes bien évidemment ! Je vais y aimer une mise en scène, un travail sur la lumière, une ambiance…

Quels sont tes projets à venir ?

J’ai envie de développer l’écriture. Sur mon blog je rédige déjà quelques histoires autour de mes pâtisseries. Mais en ce moment je travaille sur l’écriture d’un vrai conte de fées. C’est un genre qui a énormément de codes (le chemin initiatique de héros, la morale, etc), que j’essaie d’intégrer tout en y incorporant mon style d’écriture. Il y aura aussi une partie un peu plus sombre, qui est toujours inhérente aux contes, et qui me plait beaucoup. J’aimerais illustrer ce conte avec mes photos, puisque l’histoire elle-même tournera autour de la pâtisserie.

© STYLISME & PHOTOGRAPHIE CULINAIRE – QUI A VOLÉ LES TARTES ?

Pour retrouver la recette de ce délicieux pain d’épices sans gluten, rendez-vous par ici.

Partager sur

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !


wpDiscuz